L'Anthropo-Bio-Cosmologie : l'ABC des relations
Anthropologiques entre la Biologie humaine et le Cosmos

 
 
Périodes géocentriques des planètes et arbre kabbalistique
 
Nous avons déjà vu l’importance de l’arbre cosmique dans les différentes cultures astronomiques (voir l’article « Un mythème universel : l’arbre cosmique »). Nous souhaiterions ici évoquer les relations possibles des périodes géocentriques des planètes avec l’arbre kabbalistique envisagé son forme de cercles concentriques. Nous avons trouvé intéressant d’essayer de répartir la situation des planètes sur ces cercles, de façon à ce qu’elles correspondent à la situation des sefirots sur l’arbre kabbalistique. Dans cet article, nous poserons donc l’hypothèse d’un « arbre de périodicité » où les planètes pourraient trouver leurs places sur les positions des sefirots dans l’arbre kabbalistique. Si cette hypothèse se vérifie, nous pourrons tirer des conclusions sur cette répartition originale, en termes de forme géométrique et d’inter-périodicité.
 
Répartition des planètes sur les cercles concentriques
 
Les périodes géocentriques des planètes s’inscrivent dans trois cercles concentriques de 60 ans, 120 ans et des 240 ans. Chacune des périodes géocentriques est un sous multiple, quelquefois approximatif, d’une des ces périodes d’âges.
Ainsi, chaque planète se situe à tant de fois sa période géocentrique sur un ou plusieurs de ces cercles, répartie de la façon suivante :
·         Pluton (248 ans) sur le cercle de 240 ans
·         Neptune (165 ans X 1,5 = 247,5) sur le cercle de 240 ans
·         Uranus (84 ans X 3 = 252) sur le cercle de 240 ans
·         la Lune dans son cycle de Méton (19 ans X 13 = 247) sur le cercle de 240 ans
·         cercles concentriquesVénus (8 ans X 30 = 240) sur le cercle de 240 ans
·         Mercure (20 ans X 12 = 240 ou 19 ans X 13 = 247) sur le cercle de 240 ans
·         Saturne (29 X 8,5 = 246,5) sur le cercle de 240 ans
·         Mars (15 ans X 8 = 120) sur le cercle de 120 ans
·         Jupiter (12 ans x 10 = 120) sur le cercle de 120 ans
·         Saturne (30 ans X 4 = 120) sur le cercle de 120 ans
·         Vénus et la Lune dans son cycle octaéride (8 X 15 = 120) sur le cercle de 120 ans
·         Mars (15 X 4 = 60) sur le cercle de 60 ans
·         Jupiter (12 X 5 = 60) sur le cercle de 60 ans
·         Saturne (30 ans X 2 = 60) sur le cercle de 60 ans
 
< Les planètes sur les cercles concentriques de 60, 120 et 240 ans, réparties en fonction de la sous multiplicité de leurs périodes
 
 
 
 















Répartition des planètes sur le modèle de l’arbre kabbalistique
 
L’arbre des sefirots kabbalistiques est constitué de racines, d’un tronc et de branches, comme figurés sur cette gravure (à gauche). Excepté les sefirots du sommet et de la racine de l’arbre, l’arbre forme aussi une roue. Dans une autre représentation kabbalistique, tous les sefirots constituent une roue ayant pour centre « Tiphereth » comme ci-dessous (à droite).arbre roueporta lucis
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 










(sources : gravure extraite de Porta Lucis, par P. Ricius, 1516 – à gauche ; Schaya, 1988, p.28 – à droite)


Il n’est donc pas incohérent d’inscrire nos planètes à la fois dans des cercles concentriques et dans des « branches » à la façon de l’arbre kabbalistique. Pour cela, nous avons essayé plusieurs modèles où nous retrouvons les caractéristiques des sefirots répartis, traditionnellement, sur trois niveaux hiérarchiques (ici : Pluton-Neptune-Uranus en haut ; Mars-Jupiter-Saturne au milieu et Lune-Mercure-Vénus en bas) et sur trois « piliers » verticaux.
Voila pour la forme esthétique et structurale. En ce qui concerne les inter-périodicités, nous observons que Neptune-Mars ont pour multiple 11, Uranus-Jupiter ont 7 pour multiple. Pluton-Mercure ont pour multiple 13, enfin celui de l’inter-périodicité Neptune-Lune est de 13 (tous des nombres premiers).
 
Niveau hiérarchique, « pilier » et régime de l’imaginaire
 
périodes planètaires sur le modèle kabbalistique

Sur notre modèle de l’arbre cosmique nous avons fait faire apparaître les différents niveaux hiérarchiques (horizontaux) et les 3 « piliers » (verticaux) de la tradition kabbalistique (figure ci-dessous).
Les 3 niveaux hiérarchiques sont indiqués par les couleurs :
·         bleu pour le triangle « supérieur » : Pluton, Neptune et Uranus  correspondant au régime nocturne de l’image
·         carré rouge pour le régime diurne de l’image : Mars, Jupiter et Saturne
·         vert pour le niveau traditionnellement « inférieur » : Lune, Mercure et Vénus correspondant au régime mixte de l’image
Le régime nocturne du niveau « supérieur », les « branches » de l’arbre, s’inscrit dans le cercle de 240 ans, à l’extérieur de la roue. Le régime mixte du niveau « inférieur », les « racines » de l’arbre, s’inscrit dans les deux cercles de 240 et 120 ans et le régime diurne s’inscrit dans les deux cercles de 120 et 60 ans, à l’intérieur de la roue. Il y a donc deux niveaux de lecture de notre figure :
1) de haut en bas : les planètes les plus proches de la Terre formant les « racines » (en vert) ; les plus éloignées, les « branches » (en bleu), et les planètes formant le « tronc » (en rouge) de l’arbre ;
2) du centre vers l’extérieur des cercles : au centre les 3 planètes du régime diurne de l’imaginaire (Mars, Jupiter et Saturne) en rouge ; à l’extérieur les 3 planètes du régime nocturne (Pluton, Neptune et Uranus) en bleu et, entre les deux, les 3 planètes du régime mixte (Lune, Mercure et Vénus).
La lecture « verticale » (de haut en bas) est plus traditionnelle, alors que la lecture « circulaire » (du centre vers l’extérieur) met mieux en évidence les 3 niveaux de l’imaginaire. Cependant, une lecture attentive par « piliers » fait également ressortir les différents régimes de l’imaginaire, mais cette fois de façon plus originale. Les 3 « piliers » de l’arbre kabbalistique sont indiqués par les mots : « Mixte » en vert à gauche pour les planètes les plus mixtes des 3 niveaux hiérarchiques ; « Nocturne » en bleu pour celles qui sont les plus nocturnes et le mot « Diurne » en rouge pour les plus diurnes des 3 niveaux hiérarchiques.
Au centre de notre figure, conformément à la tradition, se tient le Soleil-Tiferet relié à tous les autres sefirots-planètes.
 
Inter-périodicité et sous groupe
 
Les 3 « piliers » forment donc des « sous groupes », comme nous avons déjà remarqué ailleurs (voir article « Imaginaire anthropologique et astrologie »), en fonction du classement des périodes  géocentriques par rapport à la résonance des planètes transsaturniennes
 
Classement des périodes  géocentriques par rapport à la résonnance des planètes transsaturniennes
Planètes du régime diurne 
Planètes du régime mixte 
Planètes du régime nocturne 
Jupiter, 12 ans : 12 X 7 = 84
Vénus, 8 ans : 8 X 10 = 80
Uranus : 84 ans (résonnance : 1/3)
Mars, 15 ans : 15 X 11 =
Lune, 8 ans (cycle octaéride): 8 X 20 = 160, ou 19 ans : 19X13=247
Neptune : 164 ans (résonnance : 2/3)
Saturne, 30 ans : 30 X 8 = 240 
Mercure, 19 ans : 19X13=247
Pluton : 248 ans (résonnance : 1)
 
Ces sous groupes ne sont pas imaginés par simple opération analogique, mais sont justifiés par les inter-périodicités géocentriques des planètes, sur le « principe de résonance » (voir article « Imaginaire anthropologique et astrologie ») utilisé dans notre figure.
Il faut remarquer que, dans cette perspective, Mercure est la plus nocturne des mixtes, Vénus la plus diurne des mixtes, la Lune la plus mixte des mixtes et Saturne la plus nocturne des diurnes…Perspective sur laquelle nous reviendrons dans notre article sur les statistiques de Gauquelin.
 
 
Correspondance traditionnelle des sefirots avec les planètes
 
La correspondance traditionnelle des sefirots avec les planètes est assez proche de notre figure, encore que quelques différences existent.
 
comparaison entre notre figure et les correspondances traditionnelles
sefirots
Malkuth
Yesod
Hod
Netzach
Gevurah
Chesed
Binah
Hochmah
Kether
tradition
Terre
Lune
Mercure
Vénus
Mars
Jupiter
Saturne
étoiles
Feu
notre figure
Saturne-Mercure
Saturne
Lune
Vénus
Mars
Jupiter
Neptune
Uranus
Pluton
 
Mais, la correspondance avec le schéma corporel, selon Annick de Souzenelle (1991) est cependant très parlante.
 
correspondance avec le schéma corporel
sefirots
Malkuth
Yesod
Hod
Netzach
Gevurah
Chesed
Binah
Hochmah
Kether
Schéma corporel
pieds et genoux
(circoncision)
 <   organes corporels   >
 
 < cou, tête, cerveau >
<   plexus
uro-génital   >
<   bras   >
Planète (notre figure)
Saturne-Mercure
Saturne
Lune
Vénus
Mars
Jupiter
Neptune
Uranus
Pluton
 
La correspondance de Saturne avec les genoux est très classique, sa correspondance avec la circoncision l'est moins, mais elle peut s'expliquer par l'objet contendant que représente la faucille saturnienne. Quant aux autres attributions corporelles, le plexus uro-génital de la Lune et Vénus s'explique par les rapports de ces planètes avec la fécondité et la sexualité. Enfin, pour celles d’Uranus, Neptune et Pluton avec le cerveau nous l'avons expliqué dans notre article "Taux hormonos selon les âges et les périodes planétaires".
 
Conclusion
 
Notre hypothèse d’ « arbre de périodicité » (où les planètes trouvent leurs places sur les positions des sefirots) se vérifie donc et nous en avons pu tirer des conclusions concernant les formes géométriques et les inter-périodicités de cet « arbre cosmique » dont, ailleurs, nous avons déjà montré l’universalité du mythème. L’arbre kabbalistique s’inscrit donc dans le grand mythème de l’ « arbre cosmique » et sa structure s’apparente à celle des périodicités géocentriques des planètes. Ce qui est constaté de façon astronomique et symbolique n’est cependant pas établi de façon historique et ne prouve en rien l’existence de cause à effet dans l’histoire de la kabbale et de l’astronomie, même si la mystique juive a été mêlée à l’astrologie, à son âge d’or.



Créer un site
Créer un site