L'Anthropo-Bio-Cosmologie : l'ABC des relations
Anthropologiques entre la Biologie humaine et le Cosmos

 
 
Médecine alternative : chakras et hormones
 
 
Certaines médecines alternatives proposent des thérapies fondées sur les techniques traditionnelles hindoues où les chakras jouent un rôle important dans le massage, la méditation et la médecine indienne comme, par exemple, la médecine Ayurvédique.
Nous nous intéresserons ici aux chakras. Le terme est aujourd'hui plus connu pour désigner des « centres spirituels » ou « points de jonction de canaux d'énergie» issus d'une conception du Kundalinî-yoga et qui pourraient être localisés dans le corps humain. Selon cette conception, il y aurait sept chakras principaux. On trouve ce concept dans certaines Upanishads composées vers le IIe siècle avant notre ère et plus particulièrement dans la Yoga Chudamani Upanishad (composée entre le VIIe et Xe siècle de notre ère) et la Yoga Shikha Upanishad. Mais ces « centre énergétiques » ont-ils des rapports avec des éléments de la biologie moderne ? Nous verrons ici leurs rapports possibles avec les glandes et les hormones.
 
Glandes et hormones
 
Correspondances des chakras avec les hormones déclinant avec l’âge
Symboles des éléments des stûpas
Eléments hindous
Chakras correspondant aux éléments hindous (symboles)
Organes correspondant aux chakras
Glandes correspondant aux chakras
Rôle des glandes sécrétant des hormones diminuant avec l’âge
Hormones sécrétées directement ou indirectement par ces glandes
Pics des sécrétions (âge moyen)
Cube (terre)
Terre (P?thivî)
Racine (carré)
Mûlâdhâra
Os, dents, squelette
Surrénales
sécrétion de la…
DHEA
20-30 ans
Coupe (eau)
Eau (Âpah)
Hypogastrique (lune)
Svâdhi?hthâna
Organes de reproduction, rein, vessie
Ovaires et testicules
sécrétion de la…
Progestérone et testostérone
 
 
puberté et adolescence
Cône (feu)
Feu (Tejas)
Epigastrique (triangle)
Ma?ipûra
Sys. digestif, foie, vésicule biliaire
Pancréas et foie
 
HGH stimule le foie
Double cône (ciel)
Air (Vâyu)
Cœur (double triangle)
Anâhata
Cœur, poumons
Thymus
règle la croissance de l’enfance à la puberté
 
 
enfance
Flammèche (éther)
Éther (Âkâsha)
Gorge (cercle dans triangle)
Vishuddha
Bras, gorge, appareil vocal
Thyroïde
 
 
 
 
 
7-8 ans
 
Esprit (Manas)
Front (cercle)
Âjñâ
Système nerveux central
Hypophysehypothalamus
 
Mélatonine
 
Vibration
Coronal(cercle)
Sahasrâra
Cerveau, épiphyse
épiphyse
sécrétion de..
Mélatonine
 
Ce tableau montre la correspondance des chakras aux glandes et aux hormones qui diminuent avec l’âge. Les pics de sécrétion des hormones inscrits dans la dernière colonne montrent également que l’ordre des chakras s’inscrit dans une progression d’âges allant de l’enfance à l’âge adulte. Voyons ces différentes glandes et leurs hormones diminuant avec l’âge.
 
 
 
1) HGH et foie
La HGH (hormone humaine de croissance) est l'une des nombreuses hormones endocrines, comme l'œstrogène, la progestérone, la testostérone, la mélatonine et la DHEA, qui diminuent avec l'âge. Elle est produite à un taux qui atteint un niveau HGHmaximal jusqu’à la puberté et l’adolescence, lorsque la croissance accélérée se manifeste. La sécrétion quotidienne d'hormone de croissance diminue avec l'âge pour atteindre vers 60 ans moins de 25% du taux sécrété à l’âge de 20 ans.
 
< Courbe de diminution de l’hormone de croissance (hGH)
hypophyse foie 
Rôle de la rôle de la HGH sur le foie >
 
La HGH est synthétisée par l'hypophyse. Elle n'a pas d'action directe sur la croissance, c'est un précurseur d'hormones. Elle stimule la production d'insuline et de somatomédines par le foie. La production de ces hormones étant dépendante du foie, et l'administration d'HGH ne faisant que stimuler le foie, l'hormone de croissance ne peut avoir qu'une action limitée, par les capacités de production du foie.
2) mélatonine épiphyse et hypopyse-hypothalamus
La mélatonine est surtout connue comme étant l'hormone centrale de régulation des rythmes chronobiologiques et de pratiquement l'ensemble des sécrétions hormonales. Elle est sécrétée par la glande pinéale en réponse à l'absence de lumière. De nombreuses expériences montrent le rôle de la mélatonine et de la glande pinéale sur le cycle du sommeil et les autres rythmes circadiens.
Le manque de sécrétion de mélatonine et/ou de sérotonine peut être à l’origine de certains troubles de l’humeur, dont la dépression. Un nouvel antidépresseur cible les récepteurs à la mélatonine. Il est efficace sur les dépressions saisonnières qu'on estime induites par le manque de lumière en hiver.
La sécrétion nocturne de mélatonine est impliquée dans le déclenchement du sommeil. Elle est donc utilisée depuis quelques années, dans certains pays, pour soigner les troubles du sommeil (insomnies des personnes âgées, ou le décalage horaire).
melatonine NSC< Rôle du noyanx suprachiasmatique (NSC) dans la production de la mélatonine
La voie rétino-hypothalamique influe sur le NSC de l’hypothalamus, véritable horloge maîtresse de l’organisme. La stimulation de la rétine par la lumière permet de régler l’horloge biologique en arrêtant la production de mélatonine dans l’hypothalamus.
2) DHEA et surrénales
La déhydroépiandrostérone (DHEA ou DHA) secrétée par la zone réticulée du cortex de la glande surrénale, est une hormone stéroïdienne qui est réputée pour ses effets antivieillissement. Les glandes surrénales ou plus simplement les surrénales sont deux glandes endocrines triangulaires situées au-dessus des reins. Elles sont principalement responsables de la gestion des situations de stress.
 
 
3) Ovaires et progestérones, testicules et testostérones
 
L’ovaire assure la sécrétion des oestrogènes, de la progestérone et, en partie, des androgènes. La testostérone est une hormone stéroïdienne, du groupe des androgènes, qui est sécrétée par les testicules des mâles bien que de faibles quantités soient aussi sécrétées par les glandes surrénales. A la prépuberté la sécrétion de la progestérone est identique chez les deux sexes, garçon et fille, vers 8-9 ans. A la puberté, les sécrétions des hormones sexuelles, testostérone chez le garçon et progestérone chez la fille, fixent définitivement la distinction des sexes.
 
Interactions des glandes et des hormones
 
Notons qu’ils existent de nombreuses interactions des glandes endocriniennes entre elles.
En voici quelques exemples.
a) Hypophyse et thyroïde, surrénales et hormones sexuelles :
Les hormones adénohypphysaires agissent sur la HGH et les stimulines qui sont des protéines agissant à leur tour sur le fonctionnement de la thyroïde, de la corticosurrénale, la testostérone, les estrogènes et la progestérone.
b) Mélatonine : épiphyse-hypophyse, foie et ovaires :
L’action nerveuse directe de l'épiphyse sur l'hypothalamus a une fonction nycthémère (avec un maximum dans la soirée et en début de nuit).La mélatonine est libérée dans le sang et dans le liquide céphalo-rachidie. Elle est catabolisée par le foie, concentrée par les ovaires, la choroïde et l'hypophyse. Durant l’enfance, l’épiphyse aurait un rôle en empêchant l’hypothalamus de stimuler les glandes sexuelles (les testicules et les ovaires ).
c) épiphyse-hypophyse, thyroïde, HGH et progestérone :
L'épiphyse contrôle les fonctions endocriniennes, principalement par l'intermédiaire du complexe hypothalamo-hypophysaire.
Elle interagit avec la plupart des sécrétions hormonales :
·         Elle inhibe la croissance et l'activité des gonades en bloquant la sécrétion de gonadolibérine par l'hypothalamus.
·         Inversement les estrogènes stimulent les synthèses épiphysaires (la progestérone les diminue). Chez le jeune, l'ablation de l'épiphyse entraîne une puberté précoce.
·         Elle inhibe la thyroïde (action directe sur T.S.H), les parathyroïdes et la médullosurrénale.
·         Elle diminue aussi la production d'hormone de croissance hypophysaire.
 
Conclusion
 
Nous avons vu que les différentes glandes certaines leurs hormones diminuent avec l’âge. Ce point est important parce que ces âges peuvent mis en rapport avec les périodes planétaires sur lesquelles nous reviendrons.



Créer un site
Créer un site