L'Anthropo-Bio-Cosmologie : l'ABC des relations
Anthropologiques entre la Biologie humaine et le Cosmos

 
 
 
Zodiaque hormonal et zodiaque ascensionnel : inversion d'un hémisphère à l'autre
 
Pour aborder les éventuelles « influences » du zodiaque, nous rendrons compte de deux types d’études pourtant, les premières, sur l’impact des mois de naissance sur le tempérament et, en second lieu, sur une de nos études sur le zodiaque ascensionnel. Nous verrons, enfin, que les significations de ces zodiaques s’inversent d’un hémisphère à l’autre, même sous de faibles latitudes.
 
 
Le zodiaque hormonal : répartion sur l'axe des équinoxes
 
De nombreuses études scientifiques établissent formellement le rôle de la mélatonine dans le cycle des saisons et la relation entre le mois de naissance et l’impulsivité des enfants et des adolescents. Par exemple, il a été démontré que la dépression saisonnière est liée au taux de sécrétion de la mélatonine (Kraft, 2005). De plus, l’équipe d’Hervé Caci (Caci and all, 2005; Hervé, Robert et Boyer, 2004 ; Caci and all, 1999) a montré que les enfants nés entre mars et avril sont plus impulsifs que les enfants nés entre septembre et octobre en raison de leur taux de sécrétion de la mélatonine au moment de leur naissance. Cela prouve la détermination de la photo-périodicité sur le tempérament des individus, via la mélatonine. De plus, il a été évoqué la possibilité de l’influence de la sécrétion de la mélatonine de la mère, absorbée par le bébé intra utérin durant la grossesse. Les bébés intra utérin qui naissent en mars-avril sont des "lève-tard" (ils dorment plus), parce que pendant les mois de grossesse (en automne et hiver) ils ont reçu un taux élevé de mélatonine (via leur mère) qui les fait plus dormir, alors que les bébés naissant en septembre-octobre sont des "Lève-tôt" (il dorme moins), parce que pendant les mois de grossesse (au printemps, été) ils ont reçu un taux moins élevé de mélatonine. Ces études montrent que la mélatonine joue un rôle sur la durée, ce qui en contradiction avec  le mythe du « flash » horoscopique, c’est-à-dire l’instant de la naissance déterminant le thème astrologique, qui n’est que pure spéculation.
Voici ce que rapport Hervé Caci (Caci and all, 2005):
"La matinalité-vespéralité correspond à la préfé­rence pour des plages horaires matinales ou vespérales affichée par certains individus pour planifier leurs activités. L'utilité de la mesure de notre test construit par des auto-questionnaires a été démontrée chez l'adulte, portant sur 392 sujets. Le score total de l'échelle est influencé par le mois de naissance. Une régression non linéaire ajustée pour l'âge et le sexe montre que les sujets vespéraux (plus impulsifs) sont plutôt nés en mars-avril  et que les sujets matinaux (plus calmes) sont plutôt nés en septembre-octobre. Le mois de nais­sance est une variable qui reflète la durée de la photopériode pendant la grossesse ou la période périnatale. Il est possible que la matinalité-vespéralité résulte de l'interaction entre ce facteur environnemental et un facteur génétique. À la lumière de ce résultat et d'autres publiés ailleurs, nous postulons d'un point de vue développemental que le mois de naissance pourrait avoir un effet comparable sur les traits de personnalité apparentés à l'impulsivité."
Ces études montrent que les enfants nés vers l'équinoxe du printemps sont plus impulsifs et que les enfants nés vers l'équinoxe d'automne
sont plus calmes. Nous émettons l'hypothèse que la vitesse et l’inclinaison de l’ascension des signes sur l’écliptique jouent un rôle dans la détermination de ces deux types équinoxiaux. En effet, les mois de mars et avril correspondent à la vitesse ascensionnelle très rapide des signes des Poissons et du Bélier, alors que les mois de septembre et octobre correspondent à la lenteur ascensionnelle des signes de la Vierge et de la Balance. Abordons donc ce zodiaque ascensionnel.
 
 
Zodiaque ascensionnel : répartition zodiacale sur l’axe Lion-Verseau
 
Nous avons déjà vu que le zodiaque photo-périodique expliquait l’effet zodiacal par celui de l’alternance des saisons sur l’Homme et que pour l‘horoscopie, c’est-à-dire le signe ascendant, s’expliquait par la vitesse et l’inclinaison de l’ascension des signes sur l’écliptique (voir l’article « Zodiaque des tropiques et zodiaque ascensionnel » ). Il en va de même pour le mouvement ascensionnel de l’astre du jour qui ne se fait pas de façon uniforme, les six signes proches du point vernal sont plus rapides que les six autres. Ainsi, dans l’hémisphère nord, l’ascension des signes solaires des Poissons et du Bélier se fait presque à l’horizontal, alors que l’ascension de la Balance et de la Vierge se fait presque à la verticale, ce qui rend leur lever plus lent que les solaires signes précédents.
Nous avons procédé à des tests statistiques sur la répartition zodiacale des signes solaires  des personnalités de deux types extrêmement éloignés l’un de l’autre, l’un qu’on pourrait qualifier d’ « homme de pouvoir » (ou de "femme de pouvoir) et l’autre d’ « artiste dépressif ». Le premier type est constitué de fortes personnalités politiques ayant exercé un pouvoir autoritaire (pouvoir présidentiel, absolu…), les dictateurs, fascistes, empereurs… ou ayant eu un comportement type du « syndrome d’hubris ». .Le « syndrome d’hubris », selon l’article du psychologue David Owen (2009) se traduit par une perte du sens des réalités, de l’intolérance à la contradiction, des actions à l'emporte-pièce, voire une obsession de sa propre image et un abus de pouvoir qui se développeraient durant le mandat politique. Les nativités des empereurs romain ont pour source Max Duval (1991). Le second type de personnalité est composé d’artistes (comédiens, écrivains, peintres…) ayant connu au moins une dépression grave dans leur existence. Les cas des artistes dépressifs cités sont accès réputés, ceux des écrivains le sont moins : nous les avons trouvé dans le numéro spécial "Les écrivains et la mélancolie" paru dans le Magazine littéraire hors-série n°8 (collectif, 2005).
Nous avons remarqué que ces deux types se divisaient sur l’axe Lion-Verseau , avec d’une part l’inclinaison « verticale » du Lion au Capricorne, le signe du Lion marquant le début de la "verticalisation" des signes solaires ascensionnels (que nous avons appelé « zone 1 » ou « Z1 ») et d’autre part l’inclinaison « horizontale » du Verseau au Cancer , le signe du Verseau marquant le début de l'"horizontabilité" des signes solaires ascensionnels (que nous avons appelé « zone 2 » ou « Z2 »). Les données de naissance (date, lieu, heure) nous ont été fournies par le site web
http://www.astrotheme.fr/
 
homme de pouvoir
 
 ,
 artiste depressif


La répartition  entre les nativités des personnalités de type « homme de pouvoir » entre le Lion et le Capricorne (Z1) et les nativités des personnalités de type « artiste dépressif » entre le Verseau et le Cancer (Z2) est très significative : le Soleil du premier type sont à 80.77% dans la zone 1 et celui du deuxième type à 80% dans la zone 2.
 
Ces pourcentages sont suffisamment significatifs pour confirmer l’hypothèse de corrélation entre politiques autoritaires et ascension verticale des signes et celle entre artistes dépressifs et ascension horizontale.
 
ascension z1 
< ascension du Soleil dans les signes de Z1 (du Lion au Capricorne)
 
 

Les graphismes ci-contre montrent comment les signes solaires et ascendant progressent sur l'horizon : sur la Z1 c'est la verticalité et la lenteur qui prédominent, alors que sur la zone Z2 c'est l'horizontalité et le vitesse qui ressortent..






ascension z2
< ascension  du Soleil dans les signes de Z2 (du Verseau au Cancer)
 
 









 
Psychologie des traits de personnalité corrélés au zodiaque ascensionnel
Zones du zodiaque
Critères astronomiques
Traits psychologiques positifs
Traits psychologiques négatifs
Z1 : Lion-Capricorne
Verticalité
autorité, ambition, rigueur, ressort de caractère
abus de pouvoir, rigidité, intolérance, inaccessibilité (icône)
Lenteur
secondarité, vision à long terme, réflexion, stratégie
froideur, insensibilité, immobilisme, inamovibilité (inertie)
Z2 : Verseau-Cancer
Horizontalité
égalitarisme, altruisme, libéralisme, tolérance
Faiblesse de caractère, laxisme, déprise, manque de ressort (dépression)
Vitesse
primarité, adaptation, improvisation, créativité
vision à court terme, affect, hypersensibilité, prise de risque
 
Ainsi, il apparaît nettement que les traits positifs de la psychologie des personnalités font ressortir exclusivement les domaines dans lesquels elles excellent : l’ambition et le sens des stratégies pour les politiques en Z1 et la tolérance et la créativité des artistes en Z2. De la même façon, les traits psychologiques négatifs signent les abus des hommes de pouvoir et les états dépressifs des artistes. Ainsi, les traits psychologiques des natives des deux zones zodiacales correspondent bien aux personnalités sélectionnées corroborées aux mouvements ascensionnels des signes zodiacaux. Il va s’en dire que ces critères astronomiques et les significations qui en découlent s’inversent d’un hémisphère à l’autre.
 
Inversion des significations zodiacales sous des latitudes australes faibles (-17°30')

Dans notre ouvrage « Ethnoastronomie et traditions astrologiques » (Cruchet, 2009), nous avons exposé les critères plausibles d’un zodiaque photopériodique que voici : la focalisation, l’excitation, la positivité, le concret, la science, la centration du Bélier à la Vierge (signes au nord du zodiaque), contre la globalisation, l’inhibition, le lointain, l’abstrait, l’art, l’excentricité de la Balance aux Poissons (signes au sud du zodiaque). Résidant sous des latitudes australes relativement peu élevées (17° 30' Sud), en Polynésie française, depuis plus de 30 ans, il nous était apparu nécessaire de mener une enquête statistique sur l’éventuelle inversion des « signes » d’un hémisphère à l’autre. C’est au cours de notre activité professionnelle, en tant qu’enseignant dans différentes îles de la Société (Polynésie française) de 1994 à 1997, que nous nous sommes livrés à une expérience quotidienne consistant à vérifier auprès de mes élèves, à travers leurs notes et les appréciations des enseignants, si cette inversion des caractéristiques de la personnalité en fonction de la date de naissance avait bien lieu. Le problème était ardu mais nous parvînmes à une évaluation chiffrée, plus qu’une étude statistique proprement dite, sur deux ensembles d’élèves de 5ème (47 élèves, réparties en deux classes).Nous fîmes une évaluation portait sur les notes des élèves, tous nés à Papeete, dont nous étions le professeur principal et dont les notes globales nous étaient communiquées et faisaient l’objet d’un conseil de classe. Nous avions donc tout loisir d’évaluer les élèves en fonction des appréciations de l’ensemble des enseignants présents lors de ces conseils. Cette étude tentait d’évaluer la corrélation entre signes de la partie nord du zodiaque (du Bélier à la Vierge) et la capacité d’acquisition positives des connaissances, et entre les signes du sud (de la Balance aux Poissons) et les capacités d’expression des élèves. D’autre part, cette estimation a été faite sur la base des notes données par des professeurs qui ne connaissaient pas les données natales ou, tout du moins, s’en désintéressaient totalement.
Nous sommes partis de l’hypothèse que les matières telles que les mathématiques, les sciences naturelles (pour la logique) et, en partie, l’anglais, le français et l’histoire-géographie (pour les leçons sues et les devoirs faits) pourraient nous informer sur les stratégies d’acquisition valorisantes par la logique et payantes par le travail concret des élèves.
Dans la même perspective pédagogique, les matières telles que la musique, l’art plastique, l’EPS et, en partie, le français, l’anglais et l’histoire-géographie (pour les notes sur l’expression écrite et orale) nous informeraient sur les stratégies valorisantes par l’investissement dans l’expression, l’art, l’oral et l’écrit, investissement qui est plus éparse, moins concret et surtout moins « payant ». Les notes (1994, série 2, 5ème I) ont été données par des professeurs qui nous renseignaient « en aveugle », en fonction du rapport hiérarchique de l’évaluation globale des connaissances logiques par rapport à l’expression.
 

 
 

Les signes au nord

Les signes au sud

mots-clés des signes solaire nord/sud

Proche / Terre

Concret / Centration Focalisation / Partie

Lointain / Ciel

Abstrait / Excentricité Globalisation / Tout

stratégies scolaires des élèves correspondantes

acquisition concrète et logique des connaissances

investissement dans l’expression, l’art, l’oral, l’écrit


















La corrélation entre signes du nord et appréciation s’établirait lorsque l’élève, né en signe du nord, est sanctionné par une note sur ces capacités de connaissance supérieure à celle données sur ces capacités d’expression et inversement pour l’élève né en signe du sud.
Nous avons donc privilégié la corrélation entre capacités de connaissance et signe du nord, capacités d’expression et signe du sud, parce que, selon nos études les natifs des signes du nord seraient plus concrets, pratiques, scientifiques…que les signes du sud, qui seraient plus abstraits, culturels, artistiques…

 




inversion des corrélations

         stratégie réelle

 

 stratégie prévue

acquisition concrète et logique (+)

investissement dans l’expression, l’art…(-)

acquisition concrète et logique (+)

corrélation

= 20% 

inverse

= 60%   

investissement dans l’expression (-)

inverse

= 80% 

corrélation

= 40% 






Etant donné que les caractéristiques données ici pour l’hémisphère septentrional s’inversent pour les nativités sous les latitudes australes, si le zodiaque s’inverse, nous devrions donc trouver une corrélation inversée. Et c’est ce que nous avons trouvé. Ainsi, nous obtenons des résultats significatifs de l’inversion du zodiaque, avec 80% de corrélation inversée, entre les acquisitions concrètes réelles et l’investissement prévue dans l’expression, et avec 60% de corrélation inversée, entre l’investissement réelle dans l’expression et les acquisitions concrètes attendues.
Une fois inversées, les significations donnent 80% de corrélation, entre les acquisitions concrètes réelles et celles prévues, et 60% de corrélation, entre l’investissement réel dans l’expression et les acquisitions attendues.
Si en aucun cas nous prenons cette première ébauche d’« exemple polynésien » pour une étude statistique permettant de donner des résultats exhaustifs, le bilan de cette expérience nous permet tout de même de plaider en faveur de l’inversion des significations de la photo-périodicité d’un zodiaque d’un hémisphère à l’autre.
 


Conclusion
 

 

Nous avons vu que l’on doit au moins envisager les « effets » du zodiaque sur deux modèles : le zodiaque photopériodique (ou « hormonal »), sur l'axe des équinoxes, et le zodiaque ascensionnel s’illustrant par le mouvement et la vitesse d’ascension de l’écliptique sur l’horizon, ces deux zodiaques s'inversant d'un hémisphère à l'autre. Le premier zodiaque peut s’expliquer par les sécrétions de la mélatonine dans l’alternance du jour avec la nuit, mais aussi comme le second par la sensibilité humaine à la vitesse d’ascension du Soleil lors de son passage à l’horizon.
Ces deux types de zodiaque déterminent des « rythmes de vie » (rapide/lent, couche-tôt/couche-tard, pulsion/réflexion…) et des formes d’expression susceptibles d’influer sur la psychologie du caractère (concret/abstrait, richesse/faiblesse, stratégie/sensibilité…) sur une dialectique binaire.
 

 

 



Créer un site
Créer un site